Catégorie: "L'idiophile en folie"

De la pratique du placebo chez l'idiophile, saison 3

par Le Grincheux  

Je viens de tomber sur des câbles amusants. Regardez bien de vos yeux ébahis :

Fig. 1 : câbles idiophiles

Nous avons donc un câble optique. C'est un fait. Mais ce câble est optimisé pour certains formats de transmission. Là, mon esprit de traiteur du signal chafouin lève un sourcil soupçonneux. Un medium de transmission est un un medium de transmission. N'importe quel support sera suffisant si sa bande passante est assez grande. En plus, ici, les signaux sont des signaux optiques donc numériques.

Le sublime est atteint par l'indication de connecteurs plaqués or à 24 ct.

Ami idiophile, toi qui ne me liras certainement jamais, tu devrais te moquer du connecteur plaqué or. Ton signal est ici optique et il vaudrait bien mieux avoir une fibre optique monomode, bien centrée et une section de la fibre parfaite. Mais rien n'est indiqué quant à ces paramètres pourtant largement plus importants que le placage du connecteur. Quoi qu'il en soit, tu pourras trouver ce genre de câble à vil prix sur Amazon :

Fig. 2 : la même chose en grand

De la pratique du placebo chez l'idiophile, saison 2

par Le Grincheux  

Dans la série consistant à étudier la pratique du placebo dans un certain milieu, voici la suite de mes pérégrinations dans le monde hostile des fous furieux et prétendument audiophiles — ce sont eux qui le disent — qui hantent les nombreux forums internet et qui n'ont pas tout compris. Les fous furieux, pas les forums.

Fig. 1 : stabilisation

Je suppose que tout est bien stable. Mais alors, pour faire la poussière dans les alvéoles des briques, cela ne doit pas être simple. Quant aux enceintes, elles sont elles aussi posées sur un support bien stable, support d'ailleurs isolé de l'enceinte par un morceau qui ressemble à s'y méprendre à un bout de mélaminé dont la section m'incite à penser que sa fréquence de résonnance n'a pas été étudiée avec attention. Personnellement, j'aurais plutôt opté pour une gueuse de fonte ou une compression de César, une question de formation, sans doute.

Fig. 2 : pied à la Philippe Starck

Il est dommage de ne pas avoir de photographies de l'installation électrique. J'aurais souhaité savoir si la personne en question avait bourré ses prises murales à l'aide de béton vibré pour éviter que les câbles électriques ne bougent.

De la pratique du placebo chez l'idiophile, saison 1

par Le Grincheux  

Je viens de tomber sur le texte suivant. Âmes sensibles et physiciens s'abstenir de lire car c'est du très lourd, je ne voudrais pas être responsable d'années de thérapies.

Je cite donc avec des pincettes et en corrigeant les fautes d'orthographe  :

Les fréquences aiguës se déplacent plus vite, plus librement, quand la résistance est la plus faible, c'est-à-dire à l'extérieur du câble. Mais le brin qui se situe à l'extérieur va bouger sans cesse entre l'intérieur et l'extérieur. Donc les fréquences aiguës vont sauter en permanence d'un brin à l'autre pour rester toujours à l'extérieur. Sinon, elles sont ralenties par rapport aux fréquences graves, et on constate un décalage, qui donne une impression audible de perte de précision et de flou. Pour pouvoir sauter ainsi d'un brin à l'autre en douceur, sans perte, il faut que rien ne vienne gêner ce transfert et donc surtout pas d'oxydation. Autre facteur, les cristaux. Un câble en cuivre est composé de cristaux (1500 par 30cm pour un cuivre très pur) que le courant traverse. Chaque passage d'un cristal à l'autre génère une distorsion qui sera d'autant plus importante que le câble aura été fondu en présence d'oxygène qui favorise la formation de dioxydes. Donc les câbles sérieux sont traités anti-oxydation, tout simplement (ouf !)

Sans commentaire. Mais si un vendeur peut fournir un tel câble à plusieurs milliers d'euros le mètre, je comprends qu'il ne s'en prive pas.

1 2